Day 1: 2009 France National Championship

  • Print

Quelle journée ! Trois rondes de construit, deux Booster Drafts, quatre rondes de Draf... le toute entre les meilleurs joueurs de France, avec la tension et la concentration que l’on imagine. Au final, quelques noms célèbres finissent dans la masse des premiers : Guillaume Wafo-tapa, Yann Hamon, Antoine Valay, Olivier Ruel ou Guillaume Matignon pour ne citer que les plus connus.
Mais il reste encore six rondes avant que le top 8 ne soit connu, et beaucoup de choses peuvent encore changer. Rendez-vous donc demain pour la seconde partie du Championnat de France 2009 !






EVENT COVERAGE

 

  • Vendredi, 17 h 05 : Les tournois qualificatifs de la dernière chance
    Par Emilien Wild
  • Pour ceux qui n’auraient pas réussi à se qualifier, pas moins de cinq tournois de la dernière chance furent organisés sur les lieux où se tiendront le Championnat de France, permettant à plusieurs dizaines de joueurs de rejoindre la petite liste des VIP qui s’affronteront demain pour le titre et la gloire.

    Trois formats furent proposés : le Standard (trois tournois de 207, 60 et 91 joueurs), un scellé en bloc Alara (92 joueurs), le plus populaire ayant été le Booster Draft en bloc Alara, limité à 128 inscrits, pour lequel il a fallu refuser du monde.

    L’une des deux salles dédiées à la Dernière Chance

    Ces tournois se poursuivront jusque tard dans la nuit, aussi nous devrons attendre demain pour avoir la liste des qualifiés et des vainqueurs et voir si de nouvelles techniques ont émergé avec Magic 2010. Nous vous en reparlerons demain.

    Pour ceux désirant quelque chose de plus léger, des tournois à la demande à 8 sont également présent : standard, draft Alara, draft Magic 2010... Quel que soit votre format préféré, vous trouverez de quoi vous amuser.

     

  • Samedi, 8 h 05 : Bienvenue au Championnat de France 2009 !
    Par Emilien Wild
  • Ce week-end va régaler les passionnés de Magic qui voudraient voir ce que la dernière édition de base Magic 2010 et leurs champions préférés ont dans le ventre : en effet, trois championnats nationaux vont avoir lieu, en Italie, aux États-Unis d’Amérique et en France. Les plus grands magiciens de chacun de ces pays vont s’affronter jusque dimanche soir jusqu’à ce qu’un champion et une équipe nationale émergent, et nous vous proposons de suivre ici, en direct, le Championnat de France 2009.

    Outre le titre et le trophée, ce sont des lots majeurs qui seront offerts aux premiers : à titre d’exemple, le champion recevra plusieurs centaines de boosters Magic 2010 et du bloc à venir Zendikar, et le top 4 recevra un billet d’avion pour le Championnat du Monde 2009. En outre, le Champion recevra 10 points Pro utilisés dans la course au joueur de l’année, un avantage significatif pour qui voudrait en ravir le titre...
    Le détail complet des lots, ainsi que toutes les informations pratiques sur le Championnat de France 2009, est disponible ici.

    Les meilleurs joueurs se sont qualifiés au cours des derniers mois de diverses manières : le top 100 du classement DCI national, le Champion de France 2008, les meilleurs joueurs des Championats Régionaux ... Autant dire que l’on peut s’attendre à une compétition de très haut niveau, et espérer que de nouvelles techniques seront révélées à cette occasion !

    Les qualifiés s’inscrivent au tournoi

    Et pour ceux qui ne sont pas qualifiés, de nombreux tournois annexes sont organisés : un Pro Tour Qualifier pour Austin, un Grand Prix Trial pour Brighton, un tournoi See the World permettant de parcourir le monde au rythme des Pro Tours 2010, une Super Friday Night Magic géante, des tournois à la demande dans de nombreux formats, un tournoi Legacy, et même un tournoi Elder Dragon Highlander.

    Nous suivrons donc cet évènement attentivement et publierons ici des mises à jour régulière, relaterons en détail les matchs les plus spectaculaires, et nous intéresserons à la vie du tournoi, ses à cotés, la vie de joueur professionnel, en portant une attention particulière à l’impact qu’a eu Magic 2010 sur le jeu. À droite de nos récits, vous pourrez consulter les scores de chaque joueur ainsi que les appariements de chaque ronde, permettant de suivre les résultats de vos favoris ou de vos connaissances

     

  • Samedi, 10 h 34 : Magic au soleil
    Par Emilien Wild
  • Bon, ce n’est pas Honolulu, mais les plages sont malgré tout à 30 minutes de la ville et il y a le soleil. Après une journée à jouer aux cartes, sortir et profiter du climat et d’Aix en Provence fera plaisir à tous. Pour ceux qui préféraient rester au frais, aiment la belle architecture et les visite au calme, la ville est également connue pour ses superbes édifices religieux.
    Il y a également l’option de rester en noctambule dans un autre genre de temple, celui du jeu qui accueille le Championnat, le casino Pasino, dont deux salles sont mises à notre disposition pour le tournoi principal et les tournois annexes – dont, pour les couche-tards, des Super Friday Night Magic.

    Le casino Pasiono, lieu du Championnat de France 2009

    Dans tous les cas, les vétérans y retrouveront leurs marques, puisque le Championnat de France 2005 y avait déjà eu lieu (http://www.wizards.com/Magic/Magazine/Events.aspx?x=mtgevent/frnat05/welcome). De quoi rappeler de bons souvenirs à certains.

     

  • Samedi, 10 h 36 : Les listes de decks des Tournois Qualificatifs de la Dernière Chance
    Par Emilien Wild
  • Voici dix listes de decks toutes droites tirées des trois tournois de la dernière chance en Standard, ayant permis à leurs possesseurs de se qualifier au Championnat de France 2009. Si vous cherchez à voir comment les anciens archétypes ont évolué avec Magic 2010, voici les dernières trouvailles :
    Open 5 Standard – 2nd - Mathieu Joly – Elves
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Open 5 Standard – 3th – Philippe Le Bot – Jund Cascade
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Open 1 Standard – Perrani Jean Michel - Reveillark
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Open 1 Standard - Michael Roche – Faeries
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Open 1 Standard – Clément Patarin – White Blue Control
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Open 2 Standard - Guedj Thomas - Faeries
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

     

  • Samedi, 9 h 32 : Cyrille Peuvion, notre Head Judge
    Par Emilien Wild
  • Cyrille Peuvion attend les tricheurs de pied ferme
    Cyrille Peuvion est cette année notre Head Judge, le juge en chef du Championnat National. Venu tout droit de Bordeaux, cet animateur socio-culturel de 30 ans est arbitre depuis 2000 et niveau 3 depuis 2006.
    Il n’est pas sans expérience, puisqu’avant ce tournoi il a déjà exercé les fonctions de Head-Judge lors de la Coupe de France par équipes en Troll à Deux Têtes, arbitré plus vingt tournois internationaux, et été le Head Judge de deux Avant-Premières parisiennes de plus de 400 joueurs. En outre, il est le président de la Fédération Française de Magic the Gathering (FFMTG), l’association organisant l’arbitrage en France.

    Interrogé sur le rôle d’un Head Judge, il compare son rôle à celui d’un chef d’orchestre chargé de la préparation du tournoi, de la rédaction et de la transmission des consignes aux arbitres et aux joueurs, de la sélection de son équipe d’arbitres (38 sur le Championnat, dont 21 consacrés exclusivement au tournoi principal) à laquelle il souhaite transmettre son expérience. Il est également la personne responsable de la collaboration avec Wizards of the Coast et la FFMTG, et est l’ultime recours en cas de problèmes de règles ou de procédure.

    Il souhaite que tout se passe de la meilleure manière possible en assurant un tournoi de qualité, tout en se disant particulièrement vigilant sur la triche. Son espoir ? Que tout le monde reparte avec le sourire, joueurs comme arbitres.
    Pour y parvenir, son conseil : communiquer. C’est selon lui la chose la plus importante : en effet, il rappelle que Magic est avant tout un jeu, même dans un tournoi compétitif comme celui-ci avec un tel enjeu, qu’il est pratiqué entre gens de bonne compagnie, ce qui permet aux joueurs de se parler et de clarifier les situations et les éventuels problèmes.

    Sa plus grande crainte ? Elle n’est pas liée aux joueurs, mais à la logistique : que l’ordinateur principal du tournoi explose, entraînant une perte des données enregistrées, de l’ensemble des joueurs inscrits, obligeant à refaire toutes les inscriptions et à organiser les rondes à la main, entraînant pour commentaire : « on y passerait la nuit ».
    Souhaitons pour notre sommeil à tous que cela n’arrive pas.

     

  • Samedi 10 h 52 : Deck Tech – Warp World avec Frédéric Lales
    Par Emilien Wild
  • Frédéric Lalas et ses dragons
    Lors de tournois majeurs tels que le Championnat de France, deux écoles s’affrontent : la majorité des joueurs préfèrent utiliser des archétypes bien connus et éprouvés, ayant fait leurs preuves dans de précédents tournois, tandis que certains préfèrent tenter la surprise et l’originalité avec des decks plus créatifs. C’est le cas de Frédéric Lales, qui nous présente le deck avec lequel il participe à ce tournoi : le deck Warp World.

    Il s’agit d’un deck vert/rouge basé sur de nombreux accélérateurs de mana et des sorts chers et dévastateurs, une technique connue sous le nom de rampe de mana.
    Son arsenal ? Pas moins que les terrifiants Bogardan Hellkite (Escouflenfer du Bogardân), Broodmate Dragon (Dragon frère de couvée), Karrthus, Tyrant of Jund (Karrthus, tyran de Jund) et l’éponyme Warp World (Distorsion du monde).

    Il conseille le deck pour sa capacité à faire des sorties régulières, même s’il regrette qu’il perde parfois uniquement car il n’arrive pas à piocher un Bogardan Hellkite ou un Warp World au moment clef.

    Frédéric Lales nous dit avoir remarqué la liste lors d’un Pro Tour Qualifier et avoir été impressionné par ses résultats. Il estime que ce deck est particulièrement bon contre les decks à combinaison du format, à savoir Time Sieve / Open the Vault et Elf Ball. Son pire combat ? Contre Faeries, mais ce n’est pas pour autant un combat perdu d’avance, comme l’atteste sa victoire aujourd’hui contre cet adversaire. Contre la tribu bleue, il entre de sa réserve quatre Great Sable Stag (Grand cerf-zibeline) et trois Volcanic Fallout (Retombées volcaniques). Contre Cruel Control, il conseille à la place des Retombées des Banefire (Pestefeu).

    Le deck est devenu, selon lui, bien plus fort avec l’arrivée de Magic 2010 : en effet, outre le Bogardan Hellkite, il gagne surtout le Great Sable Stag, carte clef que sa Némésis.

    Si vous désirez jouer ce deck, Frédéric donne quelques conseils : en premier lieu, pensez à toujours jouer vos Bloom Tender (Marraine des floraisons) avant vos Trace of Abundance (Trace d’abondance). Si votre adversaire joue bleu, lancez à la fin de son tour un appât pour son contresort pour pouvoir résoudre votre sort clef pendant votre tour.
    Contre les decks agressifs, il invite à tuer les créatures ennemies en priorité, et à ne pas hésiter à bloquer au détriment de ses propres créatures.

    Revenez demain pour sa liste de deck intégrale, tenue secrète aujourd’hui pour ne pas donner d’avantage à ses adversaires.

     

  • Samedi, 11 h 31: Du coté des magasins
    Par Emilien Wild
  • Pour ceux qui auraient besoin de pochettes, de dés, de boîtes de rangements et autres accessoires, ou de cartes à l’unité pour compléter leur deck pour le Championnat national ou l’un des tournois annexes, pas moins de trois boutiques sont présentes dans la première salle de tournoi : Sur un coup de dé, une boutique-café-jeux de société du centre d’Aix-en-Provence, Troll and Toad, un magasin basé au Luxembourg, vendant principalement sur l’internet et faisant le tour d’Europe des tournois majeurs (nationaux, Grand Prix, etc.), et Magic Bazaar, un autre magasin vendant principalement en ligne et venant d’ouvrir une boutique physique sur Paris.

    Sur un coup de dé

    Troll and Toad

    Magic Bazaa

    Afin d’avoir de nous faire une idée des decks qui seront joués demain et des nouvelles techniques apportées par Magic 2010, nous leur avons demandé quelles sont les cartes qui furent le plus vendues. Comme l’on pouvait s’y attendre, la nouvelle édition de base est à l’honneur : ainsi, Great Sable Stag (Grand cerf-zibeline) a été en rupture de stock dès le matin, malgré une quarantaine de cartes d’avance chez certains magasins, montrant que le deck Fées restait très redouté, comme le deck Elfes combo, contre lequel des Ethersworn Canonist (Canoniste des Éthermentés) furent massivement achetés.
    Honor of the Pure (Honneur des purs) fut également très recherché, pour White Weenie et les decks jetons, et toujours en blanc, la déjà fameuse Baneslayer Angel (Ange pourfendeur). Les decks contrôle, cherchant un remplacement à la Colère de Dieu (Wrath of God) disparue, se sont rabattus sur Hallowed Burial (Enterrement sacré). Plus étonnant, la carte mythique Time Warp (Distorsion temporelle), devant encore faire ses preuves en Standard, fut très recherchée.

    Du coté des cartes inhabituelles et courantes, une grande surprise : pas de Lightning Bolt (Foudre), mais des Broken Ambitions (Ambitions brisées), des Flashfreeze (Gel immédiat), des Lame du Destin (Doomblade) et des Chaotic Backlash (Contrecoup chaotique).

     

  • Samedi, Round 1 : Feature Match Antoine Ruel et Benjamin Caumes
    Par Rémy Solna
  • Pour ce premier feature match, se rendent dans la feature match area Antoine Ruel et Benjamin Caumes.
    Comme très souvent dans ce championnat de France, très bonne ambiance entre les deux joueurs, Benjamin en profitant pour assurer Antoine de son vote pour le Hall of Fame.
    Toutoune perd le toss, et annonce souhaiter une forêt (ou une plaine) de la part de son adversaire, qu’il voit entrer sur le champ de bataille (eh oui, il faudra bien se faire à ces nouvelles terminologies) accompagnée d’un nettle sentinel, avant de poser un Vivid Marsh, caractéristique du jeu traditionnel des Ruels depuis 2 ans, 5 Color control.
    Antoine Ruel arrive ensuite en jeu, mais du côté de Benjamin qui joue la carte représentant son adversaire, et va chercher un Burrenton Forge tender et un Visionnaire Elf. Au tour suivant il pose le Sangami, mais Antoine joue un Volcanic Fallout en réponse, suivi d’un devoted druid pour remplacer celui perdu.
    Nouveau Nettle Sentinel pour Benjamin, qui a donc maintenant accès à beaucoup de mana, d’autant plus qu’il en pose encore un. Il peut donc invoquer une Regal Force, qui rencontre une cryptic command. Il n’a plus qu’une seule carte en main, et Hallowed Burial de la part d’un Antoine toujours à 15 met presque déjà un terme à ces espoirs dans cette partie. Il pose néanmoins un autre Ranger of Eos, allant à nouveau chercher Heritage Druid et Burrenton Forge-tender, tous deux posés au tour suivant. Du coup, nouveau Hallowed Burial, un Elvish Archdruid qui prend agony Warp, un Noble Hierarch qui ne paraît pas de taille à se mesurer à Broodmate Dragon, et Antoine emporte la première .

    Benjamin Caumes joue avec et contre Antoine Ruel
    Antoine sort 3 Plumeweil 2 Mulldrifter 1 broodmate 1 Esper Charm pour entrer 2 Runed Halo 1 deathmark (ou deux, petit doute sur ça navré !) 1 Thoughtseize 1 Hallowed Burial 1 Doom Blade
    Benjamin entre pour sa part un Mark of Asylum un Guttural Response, un Burrenton Forge Tender pour deux noble hierarch un regal force
    Dans l’autre feature Match, Maxime Hermes a déjà pris la mesure d’Alexandre Peset, montrant que cette année encore, mono red peut plier des parties assez vite.


    Le Ranger d’Éos
    Longue hésitation pour Benjamin, alors que pour Antoine c’est plus simple aucun terrain, c’est le mulligan. Il garde finalement, mais ne joue son premier sort que tour 3, un Elvish Archdruid après avoir posé un land cachette blanc qu’il venait de piocher t2.
    Un premier Volcanic Fallout en réponse à Mark of Asylum, et Benjamin remplace son Archdruid par un autre, tout en s’assurant que Firespout est bien un rituel.
    Antoine contre sa carte de l’invitational avec un Broken ambition, les deux cartes (noble hierarch et un land) sont mises en dessous des bibliothèques. Il est dans une position plutôt favorable dans cette partie, peu de pression sur la table, et 2 Cryptic Command en main. La première contre d’ailleurs un nouveau Ranger of Eos, le card advantage est vraiment du côté du jeu contrôle dans cette partie, comme il se doit.
    Un nouvel Archdruid est résolu, mais le premier ne pourra pas infliger beaucoup plus de points de blessures, Antoine jouant un Agony Warp, puis continuant à piocher des cartes.
    Il joue Thoughtseize ensuite, il prend une Primal Command, laissant une Regal Force au Clermontois, sur laquelle il fait bien évidemment Cryptic Command au tour suivant, avant de tuer encore un Archdruid, cette fois si avec un doom blade. Benjamin ne peut plus se permettre de jouer autour de Hallowed Burial afin d’activer son Windsbink Heights et joue un Devoted Druid, Le probable futur Hall of Famer montre qu’il n’en a pas en faisant Cryptic Command dessus, et enchaine avec un Hallowed Burial qu’il pioche néanmoins.
    A court de Cryptic Command, Antoine voit sa carte de l’invitational arriver en jeu une nouvelle fois, accompagnée d’un Nettle Sentinel. Il n’a plus qu’une carte en main, mais puisqu’il s’agit d’un Cruel Ultimatum, on commence à fortement se douter de l’issue de cette partie, une attaque de nettle sentinel le laissant à un fort honnête 14. Il pioche encore avec un esper charm, et choisit de piocher encore avec le suivant , alors qu’il pouvait détruire le Mark of Asylum pour jouer son Volcanic Fallout. C’est néanmoins a posteriori le bon choix, il pioche une Burial dessus, une nouvelle fois
    Le 4eme Archdruid va rejoindre ses collègues dans le cimetière de Benji, un nouveau Cruel ultimatum, Antoine montre à Benjamin sa main puisque ce dernier n’a de façon assez évidente plus aucune chance, et concède.

     

  • Samedi, 15 h 38 : Le metagame du Championnat de France
    Par Wild Emilien
  • Nous nous sommes plongés dans les listes de decks de l’intégralité des participants pour en retirer le nombre de decks joués pour chaque archétype, et vous donner une idée d’à quoi ressemble la salle et de quels sont les decks à battre en Standard. Voici la liste, avec le pourcentage correspond à chaque deck :

    Time Sieve
    5 Colors Cruel 45 22%
    Blightning 24 12%
    Faeries 19 9%
    Elf Ball 16 8%
    Jund Cascade 14 7%
    White Weenie 13 6%
    Kithkin 10 5%
    Merfolks 9 4%
    Doran 6 3%
    UW control 5 2%
    5 Color Cascade 5 2%
    Time Sieve 4 2%
    Rock 4 2%
    Reveillark 3 1%
    Red Deck Win 2 1%
    Planeswalkers 2 1%
    Bant 2 1%
    WG Aggro 2 1%
    Boat Brew 2 1%
    Mannequin 2 1%
    Elementals 2 1%
    Autres 10 5%

    Parmi les techniques les plus originales, citons l’introduction dans plusieurs decks Faeries du rouge pour Lightning Bolt (Foudre) et Firespout (Trombe de feu) pour gérer les Great Sable Stag (Grand cerf-zibeline), d’un 5 Couleurs Cruel jouant quatre Maelstrom Archangel (Archange du Maelstrom), de Reveillark (Sirlidiane) dans Elfball, et l’existence d’un croisement assez étrange entre Reveillark et 5 Couleurs Cruel.

     

  • Samedi, ronde 2, feature match, Christophe Haim contre Raphaël Lévy
    Par Rémy Solna
  • Pour cette 2ème ronde, nous avons deux joueurs qui n’en sont de loin pas à leur premier championnat de France, mais des deux seul Raphaël est encore très présent sur le circuit.
    Longue hésitation pour Christophe qui mulligan finalement, tandis que notre Hall of Famer globe trotter garde sa main, et que Maxime Hermes vient récupérer in extremis sa carte égarée ronde 1, qu’il retrouve sous sa chaise.
    Tour 1 Figure of Destiny pour Raphael Levy, et on comprend d’entrée pourquoi Haim refléchissait autant bien qu’ayant un mix de lands et de spells, puisqu’il joue un Flamekin Arbriner (elemental est probablement le jeu le plus complexe à jouer du format, offrant chaque tour de nombreux choix), va chercher un Smokebraider, que Raphaël se doit de tuer, même au prix d’un Volcanic Fallout emportant sa Figure of Destiny
    D’une façon assez étonnante, Haim a 3 lands basiques en jeu (foret, montagne, ile) , et un Incandescent Soulstoke. Blightning joué par Raph, et Christophe se défausse de deux terrains non basiques, prenant manifestement en compte un éventuel Anathemancer, et un Ranger of Eos lui permet de bien revenir, allant cherche un autre Harbinger et un Soul Warden.
    Petit soucis, je me rend compte au tour suivant que Christophe n’avait pas de mana blanc, intervention de l’arbitre, mais Ranger of Eos reste bien évidemment en jeu, un tour s’étant écoulé.
    Ceci dit, il a bien fait de se soucier de poser des lands basiques, puisque Raphaël joue effectivement un Anathemancer, mais il n’inflige qu’un seul dégat.
    Christophe anime un Soulstake pour poser un énorme Reveillark (6/5, avec les 2 1/1 au cimetière, à cause d’un 2eme blightning). Pendant que Christophe réfléchi a ce qu’il veut réanimer, Raph lui demande s’il peut regarder la première carte du deck pour voir si c’est une solution, ce n’est pas le cas donc il concède.

    Raphaël Lévy, dubitatif
    Ca chambre pas mal entre les 2 parties, l’épisode du Ranger of Eos revenant évidemment sur le tapis.

    Raph entre 4 shriekmaw 2 banefire 1 earthquake, pendant que Christophe enlève 1 Fulminator Mage, 1 Mulldrifter 1 Crib Swap et une autre carte pour 4 Burrenton Forge-Tender.

    Comme avant, tour 1 figure, qui fait immédiatement face à l’ami des mono rouge, Burrenton Forge-Tender, et va chercher un Mulldrifter avec son Harbinger au tour suivant. Un Bloom Tender prend plus que son compte avec un Flame Javelin, mais Raphael ne pourra probablement plus empêcher son adversaire d’avoir accès à beaucoup de manas, tour suivant deuxième Bloom Tender, et Smokebraider.
    Le sol étant bloqué, le Toulousain prend la voie des airs avec un Demigod of Revenge. Horde of Notions et Mulldrifter pour Haim, qui est bien en place dans cette partie. Toujours dans les airs, une figure of Destiny devient énorme et surtout volante, et Christophe la bloque avec son Mulldrifter, ce qui le fait tomber à 10. Levy a un deuxième Demigod of Revenge, mais avec désormais la possibilité pour Christophe de faire revenir son Mulldrifter avec Horde of Notions, le tout en gagnant des points de vie avec Soul Warden (enfin, quand il y pense), l’affaire paraît mal embarquée pour le Hall of Famer, d’autant plus qu’étant à 10 il ne peut plus vraiment attaquer avec sa Figure of Destiny.

    Christophe Heim, old school

    Longue réflexion pour Haim, qui a beau avoir des cartes en main a très peu de cartes actives, mais surtout des terrains. Il choisit d’attaquer avec son Horde of Notions, Raph un peu surpris ait ce qui s’avère être le bon choix, Christophe ne pouvant pas s’en sortir avec sa Nameless Inversion (sinon il pouvait la rendre 8/2 et la protéger avec Burrenton), qui tuera néanmoins une Figure avant qu’elle ne devienne 4/4. Nouvelle Horde of Notions pour Haim, qui explique l’attaque précédente
    Raphel se débarasse du Burrenton avec un Shriekmaw, mais malré plein de créatures des 2 côtés, aucun des deux joueurs ne peut vraiment attaquer.
    C’est Raphaël qui s’y risque, puisqu’il faut bien qu’il fasse passer des points de dégats, même si ça permet à Haim de repiocher des cartes avec son Mulldrifter. Un deuxième Demigod arrive en jeu, après la phase d’attaque. Le score est de 9-8 en faveur de Levy, tout ça reste très tendu.
    Néanmoins, Haim peut au tour suivant rejouer deux fois Nameless Inversion (avec Horde of Notions), pose un second Incondescent Soulstake, et attaque pour infliger ce qu’il faut pour tuer Raphaël.

     

  • Samedi, 16 h 11 : La cérémonie des trophées régionaux
    Par Emilien Wild
  • Le Championnat de France est également l’occasion pour les différents champions régionaux 2009 de recevoir leur trophée des mains de Damien Guillemard, le responsable de la DCI française. Gagnés de haute lutte lors des Championnats Régionaux, ils représentent un accomplissement et récompensent le meilleur joueur de chacune des régions de France :


    Les Champions ayant fait le déplacement jusqu’à Aix-en-Provence

    Alsace : Illies Bekkar
    Aquitaine : Nathan Otaño
    Auvergne : Cyril Pitalot
    Basse Normandie : Deret Joris
    Bourgogne : Rudy Nussbaum
    Bretagne : Vincent Migne
    Centre : Victorien Parent
    Champagne-Ardennes : Rodolphe Police
    Franche Comté : Michel Chevallier
    Haute-Normandie : Mickael Robin
    Ile de France : Robin Albaracine
    Île de la Réunion : Billy Chane-Kam
    Languedoc-Roussilon : Alexandre Mallart
    Limousin : Matthieu Gruson
    Lorraine : Hakim Boudaoud
    Midi-Pyrénées : Germain Caillaba
    Nord Pas-de-Calais : Petit Romain
    PACA-Corse : Thomas Guillaumin
    Pays de la Loire : Manuel Godineau
    Picardie : Franck Filatriau
    Poitou Charentes : Nathanael Picard
    Rhône-Alpes : Benjamin Petitprez

     

  • Samedi, ronde 3, feature match, Malo Wilefert contre Olivier Ruel
    Par Rémy Solna
  • Pour cette troisième ronde, nous avons un affrontement entre la nouvelle et la vielle école parisienne, Malo Wilefert jouant contre Olivier Ruel. Le premier joue un jeu jund splash Cryptic Command, le second un jeu à base de Time Sieve et d’Open the Vaults.
    Après un mulligan de chaque joueur, Malo entame la partie avec une Thoughtseize, voyant des cartes dont il se moque gentiment disant ne même pas les connaître, Time Warp (ah mais t’étais pas né dit Olivier) , Elsewhere Flask, Kaleidoscope, Time Sieve, il prend Time Warp, puis fait une nouvelle thoughtseize, sur le Open the Vaults.
    Malo, bloqué à un land (un Vivid Marsh), chantonne pendant qu’Oli accumule les lands, joue un Open the Vaults après avoir sacrifié son Time Sieve. Il pourra enfin reposer un land, mais c’est celui qu’il avait posé au premier tour, qui se retrouve dans sa main suite à une Cryptic Command ... 0 permanent pour Malo, une douzaine pour Olivier, qui remonte le terrain une nouvelle fois, forçant Malo à défausse encore. Un Tezzeret, un Time Warp, on passe à la suivante.

    Malo, avec un seul permanent
    Les deux joueurs sideboard dans un silence absolu (en fait non, carrément pas du tout, ce qui connaissant les deux personnages n’est guère surprenant).

    La première carte jouée est une Howling Mine tour 2 pour Olivier, pendant que Malo commence par une Maelstrom Pulse sur un borderpost, et une Cryptic Command sur le suivant qu’Olivier joue. Baneslayer Angel pour Malo (tech de side, 4 couleurs c’était pas assez), qui a donc tous ses terrains engagés.Olivier joue Kaleidoscope et. Time Sieve.
    Au tour suivant un thoughtseize offre un choix intéressant à Malo, qui voit 2 Pollen Lullaby 1 Howling Mine, un Silence un Borderpost , et au milieu de la résolution une deuxième arrive dans la pile histoire de gagner un peu de temps, Negate et Time warp s’en vont. Olivier hésite à prendre un tour supplémentaire à l’aide de son artefact, mais passe le tour, et joue un silence à l’entretien du jeune parisien. Il en rejoue un à son tour, rendant la Cryptic Command dans la main de Malo nettement moins attrayante. Celui-ci la joue néanmoins, pour remonter en jeu un artefact. Un play pas très malin probablement (bien que ne changeant probablement pas grand-chose), puisque le membre du Hall of Fame le sacrifier avec Time Sieve pour reprendre un tour, joue un Tezzeret, the Seeker , va chercher un Borderpost, qui lui permet de jouer un Open the Vaults, la partie touche à sa fin
    Malo demande alors si quelqu’un a une cigarette dans le public pour décider s’il concède, c’est le cas, on abrège donc, 2-0 pour Olivier.

    Oli, dans un de ses très nombreux tours

     

  • Samedi, 17 h 35 : Deck Tech avec Olivier Ruel
    Par Emilien Wild
  • Olivier Ruel fait également partie de ceux qui ont choisi de venir avec une création originale plutôt que de se reposer sur les lauriers d’un archétype bien connu. Un moyen de surprendre ses adversaires et de « résoudre » le format ? C’est possible, Olivier étant à 5-1 pour le moment. Nous lui avons donc demandé de nous présenter son deck.

    Celui-ci a pour objectif de stabiliser la partie pendant les premiers tours, avant de résoudre une série de sorts empêchant l’adversaire de disposer du moindre nouveau tour de jeu pour le restant de la partie, grâce aux sorts Time Warp (Distortion temporelle) et Time Sieve (Crible temporel).

    Olivier Ruel, maître du temps
    Pour ce faire, il utilise un moteur de pioche composé d’Howling Mine (Mine rugissante), Kaleidostone (Kaléidogemme) et Elsewhere Flask (Fiole d’ailleurs), qu’il sacrifie ensuite pour leurs effets ou pour celui du Time Sieve, avant de les ramener en jeu avec Open the Vaults (Ouvrez les chambres fortes !)

    Pendant ce temps, il utilise des Pollen Lullaby (Berceuse de pollen), Silence, et l’Ethersworn Canonist (Canoniste des Éthermentés). Le planeswalker Jace Beleren lui sert de leurre, lui permettant de piocher pendant que l’adversaire détourne ses attaques vers ce dernier. Enfin, Cryptic Command (Commandement cryptique) lui permettent soit de contrecarrer un sort tout en engagement les armées ennemies, soit de remonter un terrain adverses pour ralentir un deck contrôle ennemi.

    Une fois en mesure de jouer un important nombre de tours supplémentaires de cette manière, il ne lui reste plus qu’à appeler à ses cotés le planeswalker Tezzeret the Seeker (Tezzeret le Chercheur).

    Quand il a vu que Time Warp était réimprimé dans l’édition de base Magic 2010, Olivier Ruel a tenté de l’intégrer dans tous les jeux possibles, sans rien obtenir de convainquant. Mais quand il a vu ce deck remporter le championnat national finlandais, il a constaté qu’il pouvait obtenir de réels résultats compétitifs et ne pas être qu’un jeu fun. Il a alors testé le jeu pendant une semaine, mais a décidé jeudi dernier de se rabattre sur autre chose, car ce deck ne pouvait battre ni Faeries, ni Elf Ball, deux decks qu’Olivier prévoyait (à juste titre) comme très nombreux dans ce championnat.
    C’était sans compter sur ses amis, qui lui ont conseillé de jouer Silence, une carte qui a drastiquement augmenté ses chances contre ces deux decks, surtout Elf Ball.

    Faeries reste cependant un deck problématique, mais le reste du format est, selon Olivier, incapable de battre ce deck avec constance. Mieux : le deck 5 Colors Cruel, l’un des meilleurs decks du format et incontestablement le plus populaire au Championnat de France, est sa proie la plus facile.

    Il se repose également sur une réserve bien préparée : contre les jeux agressifs à base de rouge, il gagne du temps avec Burenton Forge-Tender (Veilleuse à la forge de Burenton) et l’Outlander Vedalken (Pérégrin vedalken), ce dernier étant en outre un artefact pouvant être sacrifié à Time Sieve.
    L’Ethersworn Canonist (Canoniste des Éthermentés) est radicale contre Elf Balls, Silence également ainsi que contre les jeux à base de contresorts.
    Meddling Mage (Ingérence du mage) est là contre Faeries, nommant la Spellstutter Sprite (Farfadette cafouillesort).
    Et contre jeux agressifs, Cryptic Command (Commandement cryptique) est utilisé comme une version supérieure à Angel Song (Chant angélique).
    Seule contrainte : il ne peut retirer que peu de cartes pour faire de la place à sa réserve (4 en général), car il nécessite autant d’artefacts que possible pour faire fonctionne Time Sieve et Open the Vaults. Heureusement, il peut retirer l’Ethersworn Canonist contre tous les decks non-Elfes.

    Olivier Ruel estime qu’il s’agit d’un deck dont le fonctionnement est compliqué à acquérir, qui nécessite quelques parties pour le connaître, après quoi les parties se jouent sans se poser de questions, grâce à l’expérience acquise. Il conseille de ne pas hésiter à jouer pour trois manas ses bornes frontières afin d’accélérer les premiers sorts de gain de tour, d’aller chercher l’Elsewhere Flask le plus tôt possible avec Tezzeret the Seeker afin de nourrir Time Sieve, et de ne pas jouer d’Open the Vault avec trop d’artefacts dans son cimetière. Il conclut en conseillant à tous les joueurs de lire autant que possible la presse spécialisée.

     

  • Samedi 18 h 44 : Arbitrage et mise en danger
    Par Emilien Wild
  • Les arbitres ne se contentent pas de s’assurer que les tournois se déroulent de façon fluide, agréable et équitable : ils sont également, de par leur position privilégiée au cœur du Championnat National, une excellente source d’anecdotes.

    L’équipe de vérification des listes de decks, petites mains indispensables et travaillant dans l’ombre
    Même si, du fait de sa sélection drastique, le niveau des joueurs de ce tournoi est assez important et réduit les situations problématiques, un point de règles a posé problème de manière continue : la façon dont sont gérés les planeswalkers, notamment les blessures qui leur sont infligées. Par exemple, un joueur souhaitait ainsi savoir s’il pouvait infliger une partie des blessures de l’effet d’arrivée en jeu de son Bogardan Hellkite (Escouflenfer du Bogardân) à son adversaire et l’autre partie à son planeswalker (la réponse est non).

    Une autre carte fut également source de problèmes récurrents, à savoir le classique des casse-têtes, Mirrorweave (Tisse-miroir), notamment combiné avec la Figure of Destiny (Représentation de la Destinée) et ses capacités activées.

    La salle des tournois annexes accueillant de nombreux tournois Magic 2010, cela a permit de mettre à jour sa carte la plus problématique : Harm’s Way (Mise en danger). Les joueurs la trouvent déjà compliquée en elle-même, mais elle les oblige à requérir aux services d’un arbitre pour savoir s’il est possible de rediriger les blessures vers son propre planeswalker (non) ou prévenir deux fois une blessure infligées par Volcanic Fallout (Retombées volcaniques) sur deux créatures différentes (oui).

    La source principale de confusion dans cette salle fut cependant due au tournoi Elder Dragon Highlander, qui à lui seul et ses 24 participants a entrainé plus de question que 12 Booster Drafts simultanés en Magic 2010.

    Mais les règles ne sont pas les seules à susciter des questions : les procédures de tournoi sont également en cause, notamment auprès des joueurs qualifiés pour la première fois à un Championnat de France. Ainsi, un joueur voulait savoir s’il pouvait abandonner le tournoi à la cinquième ronde et revenir jouer demain, pour les deux dernières rondes de draft (auquel il n’aurait pas participé). La réponse est évidemment non.

    Mais la question la plus mignonne fut la suivante : « Est-on automatiquement disqualifié si on n’a rien gagné en six rondes ? ». En effet, le joueur concerné n’avait pas d’adversaire assigné, mais à la place, le tableau d’affichage lui disait au revoir, d’un laconique « Bye ». En réalité, ce terme signifie une victoire automatique, accordée à un joueur en cas de nombre impair de compétiteurs. Heureux de la réponse, il reviendra jouer demain !

     

  • Samedi 19h34 : Les tournois annexes
    Par Emilien Wild
  • Ce premier jour du Championnat National proposait dans la salle adjacente du tournoi principal différents tournois annexes : un Pro Tour Qualifier offrant entrée et voyage pour Austin, Texas (rassemblant 236 joueurs), un tournoi en Elder Dragon Highlander (EDH), format où les decks sont composés de 100 cartes uniques dont un puissant général légendaire, et des tournois à 8 à la demande dans presque tous les formats existants (52 d’entre eux furent lancés). Le plus populaire fut le Booster Draft en Magic 2010, rassemblant 80% des demandes.

    Cartes Premium, signées, altérées : les joueurs d’EDH aiment leur deck et le montrent

    Du fait de ses règles particulières, le tournoi en EDH fut l’occasion de ressortir d’antiques cartes aux effets dévastateurs ou surprenant, entraînant des discussions passionnées dans les allées. Untel voulait nous parler de sa Chandra Nalaar chargée à 14 compteurs loyauté, un autre de son dragon 17/8 piétinement double initiative, etc. À quelques pas de la concentration et du sérieux de la majorité des joueurs du Championnat, cette décontraction et ces anecdotes apportaient une fraîcheur bienvenue.

    L’EDH, seul format rassemblant ces cartes emblématiques

     

  • Samedi 19h54 : Drafter avec Guillaume Wafo-Tapa
    Par Rémy Solna
  • Je profite de ce premier draft pour suivre l’invaincu Guillaume Wafo-Tapa, qui s’assied à cette table, sans plan précis en tête.

    Son booster d’Eclats d’Alara lui offre un choix entre un Caldera Hellion et un Tower Gargoyle, il prend fort logiquement la rare, suivie d’un autre sort de destruction de masse, Infest, passant des cartes blanches et vertes. Troisième pick Blightning (sur esper charm et Deft Duelist, mais pas de quoi le convaincre de changer d’archétype). Ensuite dans l’ordre un Tidehollow Strix (bonne nouvelle pour éventuellement partir Grixis), Savage Land, Scourge Devil (sur un autre Deft Duelist), Jungle Shrine, Goblin Deathrider et Obelisk of Jund font qu’après un pack il est bien parti pour un deck Rouge/Noir, avec splash possible en vert ou bleu (voire les 2).

    Guillaume à l’heure du choix
    Moins de réussite à l’ouverture en conflux, puisqu’il ouvre quantité de bonnes créatures en esper à passer à Antoine Menard qui draft cet archétype à sa droite, et doit se contenter d’un Canyon Minautaur. Deuxième pick Shambling Remains (qu’il préfère assez logiquement à Bloodhall Ooze), puis un Dark Temper (passant un Goblin Outlander), Grixis Slavedriver, un autre Outlander qu’il prend cette fois-ci, ainsi qu’un autre Dark Temper, un Wretched Banquet et un Suicidal Charge afin d’avoir davantage de removals.

    Il ouvre à nouveau une très bonne rare en Renaissance d’Alara, un Thraximundar, qu’il prend malgré le mana bleu (la seule autre option intéressante était un Deadshot Minotaur) et enchaine sur Grixis Grimblade, Putrid Leech (ça sent le double splash, bien qu’il manque un peu de fixers pour ça), Singe-Mind Ogre, un Jhessian Zombies (sur d’autres cartes bleu/noires, Deny Reality et Khatari Remnant), et un Gorger Wurm, qu’il jouera finalement de même que le Deadshot Minotaur qui suivra.

    Il sort de la table plutôt content de son draft, à raison d’ailleurs puisqu’il fera 3-0, se mettant en position idéal pour viser ce qui ne serait, étonnement, que son premier top8 de France.

    • Planeswalker Points
    • Facebook Twitter
    • Gatherer: The Magic Card Database
    • Forums: Connect with the Magic Community
    • Magic Locator