Live Coverage of Pro Tour-Geneva!

  • Boards
  • Print
VIDEO: TOURNAMENT CENTER
Randy Buehler and Brian David-Marshall close out Pro Tour-Geneva.
TOP 8 DOWNLOADS
  • Awards Ceremony and Wrap (9 MB zip)
  • Final (113 MB zip)
  • Semifinals 76 MB zip)
  • Quarterfinals (84 MB zip)
  • Top 8 Draft (29 MB zip)
  • Prelude to a Championship (15 MB zip)
  • French language Top 8 video archive
  • Geneva Video Archive
  • Wizards of the Coast on YouTube.com


  • Genève conquise par l'US Spectral Force !

    C'était une finale magnifique : la conclusion rêvée pour un Pro-Tour. L'américain Mike Hron triomphateur des impressionnants japonais Takuya Osawa et Kenji Tsumura remporte un succès d'un prestige colossal. Comme si le scénario était déjà soigneusement préparé, c'est la ville de Yokohama, au pays du soleil levant qui sera la prochaine escale du Pro-Tour ! Nous avons déjà hâte d'y être pour savoir comment vainqueurs comme perdants vont digérer le verdict de cette première épreuve de l'année. On espère surtout y voir Guillaume Wafo-Tapa conduire tout le reste de la délégation francophone à davantage de succès !

    Plus proche à la fois en terme de temps et de distance, je ne peux que vous encourager à venir célébrer le dixième anniversaire des grands prix à Amsterdam les 10 et 11 mars prochains. Pour la première fois en Europe un tournoi de cette importance se jouera en troll à deux têtes, le format de jeu le plus convivial de Magic. Et comme il s'agit d'une célébration, vous l'imaginez bien, les surprises seront nombreuses.

    Pour finir, un petit remerciement sous forme photographique à ceux qui, dans l'ombre, ont grandement participé à la réussite de cet événement.

    Rendez-vous à Amsterdam !


    Quarterfinals  Semifinals  Finals  Champion
    1Shingo Kurihara Shingo Kurihara, 3-1    
    8Ervin Tormos Takuya Osawa, 3-1
        
    4Jim Herold Takuya Osawa, 3-0 Mike Hron, 3-2
    5Takuya Osawa  
        
    2Kenji Tsumura Kenji Tsumura, 3-1
    7Willy Edel Mike Hron, 3-1
        
    3Mike Hron Mike Hron, 3-1
    6Marijn Lybaert  


    EVENT COVERAGEINFORMATION
     1.  Mike Hron$40,000
     2.  Takuya Osawa$22,000
     3.  Kenji Tsumura$15,000
     4.  Shingo Kurihara$14,000
     5.  Marijn Lybaert$11,500
     6.  Jim Herold$11,000
     7.  Willy Edel$10,500
     8.  Ervin Tormos$10,000
    PairingsResultsStandings
    Final
    15
    14
    13
    12
    11
    10
    9
    8
    15
    14
    13
    12
    11
    10
    9
    8
    15
    14
    13
    12
    11
    10
    9
    8
    7
    6
    5
    4
    3
    2
    1
    7
    6
    5
    4
    3
    2
    1
    7
    6
    5
    4
    3
    2
    1
    BLOG



     
  • Saturday, Feb 10: 11:22 am - Draft numéro 3 : Daniel Madan
    by Laurent Cestaro

  • Daniel Madan heureux de drafter au Pro Tour
    Pour ce premier draft de la seconde partie de compétition, nous nous sommes intéressés au local de l'épreuve Daniel Madan qui se retrouve à drafter côte à côte avec Julien Goron. Le niveau se resserrant, la table comprend également nombre de joueurs redoutables tels Katsuhiro Mori ou Ben Rubin.

    Daniel ouvre un booster consistant, il hésite principalement entre Duskrider Peregrine et Looter il-Kor et finit par opter pour la créature blanche. Suite à ce choix, sa stratégie est limpide : drafter bleu/blanc avec beaucoup de volants et des défenseurs solides à terre. Suivent dans l'ordre : Errant Ephemeron, Snapback, Orcish Cannonade contre drafté avant de bons compléments en blanc comme Amrou Scout, Knight of the Holy Nimbus et plusieurs Watcher Sliver. A la fin de ce premier booster, Daniel dispose déjà de solides cartes pour son archétype.

    L'ouverture du second paquet apporte un nouvel Errant Ephemeron au joueur suisse qui, opportun, complète son armada de créatures volantes avec un Castle Raptors. Puis il reçoit un booster comprenant Akroma et Magus of the disk ! Terrible dilemme mais c'est l'ange qui aura les honneurs de la sélection. Ensuite, Daniel continue à drafter essentiellement blanc, cette couleur circulant plus que bien. Pêle-mêle, il récupère ainsi un nouveau Watcher Sliver préféré à Benalish Cavalry ou encore un Cavalry Master élu plutôt que Zealot en-Vec.

    Planar Chaos va permettre à Daniel d'améliorer son bleu pour le moment trop minoritaire avec des cartes aussi intéressantes que Shaper Parasite (premier choix) ou encore Erratic Mutation (septième choix !!!) tout en continuant à bénéficier largement de bonnes cartes blanches comme Sinew Sliver (troisième choix), Whiteman Lion (cinquième choix). Il préfère d'ailleurs renforcer les capacités défensifs de ses slivoïdes en draftant très haut (deuxième choix) Poultice Sliver dans un booster qui contenait aussi Sundance.

    Le draft semble donc s'être plutôt bien passé pour Daniel et l'optimiste est de mise quand à la poursuite de son beau parcours du moins lors des trois prochaines rondes.

    Afin de compléter cette analyse, jetons un rapide coup d'œil donc moins exhaustif sur les choix de Julien Goron qui, situé à la gauche du suisse, recevait par deux fois ses boosters.

    Julien a " first pické " Errant Ephemeron avant de récupérer avec bonheur le Looter il-Kor délaissé par Daniel. Alors que le suisse commence à se servir en blanc, le français reçoit une Careful Consideration (prise sur Faceless Butcher) avant de se tourner vers le rouge lorsqu'il reçoit coup sur coup deux Orcish Cannonade. Le second booster est moins satisfaisant pour Julien qui après Rift Bolt et Spiketail Drakeling se voit contraint à beaucoup contre drafter à défaut de compléter son jeu. Il prive ainsi Daniel de quelques cartes blanches intéressantes (Amrou Scout et Amrou Seekers) mais reçoit aussi Sol'kanar the Swamp King au huitième pick et un bienvenu Wipe Away au onzième passge. Le troisième booster permet à nouveau à Julien de récupérer des sorts de destruction en rouge mais, malheureusement pour lui, le bleu est cette fois relativement bien coupé par Daniel.

    Le jeu de Julien est assez complet au niveau des sorts mais semble manquer de punch comme de créatures efficaces. Julien ne pourra probablement pas se permette d'être sur la défensive.



     
  • Saturday, Feb 10: 1:31 pm - Ronde 8 : Julien Goron vs Daniel Madan
    by Laurent Cestaro

  • Julien Goron seul après la défaite.

    Puisque nous avons la chance d'avoir suivit les deux drafts, nous ne pouvions manquer de suivre la confrontation entre les deux joueurs francophones. Voyons si l'intéressante association de sorts du français sera suffisante pour museler la cohorte volante du suisse. Vous pouvez vous référer aux listes complètes de l'article précédent.

    Match 1 :

    La partie s'engage par des échanges de politesse d'usage et quelques trocs de créatures. Un Errant Ephemeron sort de suspension du coté de Daniel mais Julien réplique aussitôt pour un Wipe Away sur la créature volante pour se donner un peu de temps. Le français dispose d'un Dreamscape Artist actif et rajoute un coup sur coup un Blood Knight, carte plutôt efficace contre le jeu de Daniel ainsi qu'un Battering Sliver pour se donner une consistance offensive. l'Ephemeron revient bientôt accompagné d'un Knight of the Holy Nimbus et d'un Cavalry Master. Julien consulte sa pioche avec Careful Considération lui donnant la possibilité d'électrocuter le maître cavalier à l'aide d'un Rift Bolt. Mais Daniel a déjà pris l'avantage dans la couse grâce à son 4/4 volant qui redouble d'agressivité. Choisissant de rester résolument offensif aussi pour respecter la logique de son jeu, Julien utilise une Orcish Cannonade qui le laisse à un point de vie afin d'éliminer un bloqueur et continue d'attaquer avec le slivoïde. Au tour du suisse, Il joue Snapback sur le très incommodant Errant Ephemeron ce qui lui permet de gagner un tour important dans le course. Mais ce ne sera pas déterminant car Daniel parvient également à se défendre. L'ephemeron achève le travail.

    Daniel mène 1-0

    Julien débute bien mal cette seconde manche puisqu'il rate sa troisième mise en jeu de terrain. En face, Daniel se dévelloppe normalement avec encore le terrible Errant Ephemeron mais aussi un Knight of the Holy Nimbus, Sinew Sliver ainsi qu'un Amrou Scout. Julien élimine ce dernier par le biaias d'un Rift Bolt suspendu. Lorsqu'il pioche son troisième terrain, le français est déjà en grande difficulté mais en deux tours, il va réussir une superbe opération de grand nettoyage jouant successivement Dead, Coal Stoker, Orcish cannonade et enfin Snapback afin de neutraliser l'intégralité des menaces de la partie adverse. On se prend à croire à un spectaculaire renversement de situation mais Akroma, Angel of Wrath arrive en jeu pour clore toute spéculation !

    Daniel Madan bat Julien Goron 2-0



     
  • Saturday, Feb 10: 3:44 pm - Draft numéro 4 : Raphaël Lévy
    by Laurent Cestaro

  • Raphaël Lévy

    A ce stade du tournoi, nous allons focaliser notre attention sur la huitième table de draft. C'est déjà une table de la dernière chance car seul le vainqueur conservera un espoir de jouer dimanche. Nous y trouvons trois américains, deux scandinaves, un japonais et deux français : Antoine Ménard et Raphaël Lévy. Nous allons suivre le draft de ce dernier.

    Raphaël découvre Liege of the Pit, Temporal Isolation et Riftwing Cloudskate parmi les cartes du premier booster. On connaît l'aversion de Raphaël pour le blanc dans ce format, il écarte donc aussitôt le sort et finit par drafter le Cloudskate. Son second booster recèle deux nouvelles possibilités : soit rester sur bleu en prenant Viserid Deepwalker, soit choisir déjà une seconde couleur en optant pour le sort noir Dark Withering. Sans deviner qu'il va s'agir du tournant de son draft, Raphaël retient la seconde option. En effet, les cartes noires vont ensuite affluer : Nightshade Assassin (3e choix), trois Pit Keeper (4e, 7e et 8e choix), deux Gorgon Recluse (6e et 11e choix) et même un Withered Wretch en 10e choix. Son premier pick n'a déjà plus d'importance, le français est en train de bâtir un joli et inespéré jeu monocolore.

    Le deuxième booster n'est pas trop au goût de Raphaël. Seul Wipe Away et Rift Bolt sont digne de considération. Puisqu'il est, pour le moment, sur une construction monocolore, le français décide de prendre la meilleure carte des deux, soit l'éclair. C'est une nouvelle intuition judicieuse car le second booster contient un Firemaw Kavu que Raphaël choisit au dessus de Corpulent Corpse. Ses deux couleurs sont désormais déterminées. Le français bénéficie toujours des largesses de ses adversaires de draft pour récupérer du noir en quantité et qualité comme Soul Collector, un nouvel Nightshade Assassin (préféré à Urborg Syphon-Mage), Mindstab et autre Skulking Knight. De fait, il possède matière à être plus que satisfait après les deux paquets de Spirale Temporelle.

    A nouveau, le français n'est pas très heureux à l'ouverture : son dernier booster ne contient qu'une seule carte noire plutôt mauvaise et une seule carte rouge, un StingScourger qui rejoint immédiatement le tas de Raphaël. Un nouveau StingScourger le fait hésiter avec Magus of the Coffer. Cependant, en la circonstance, la raison réclame de limiter au maximum l'apport de cartes de couleur rouge. A raison, le noir va encore être abondant, permettant à Raphaël de récolter une Mirri the Cursed en 5e choix, un Craddle to Grave en 7e choix et même un sympathique Shrouded Lore au 13ème passage.

    Raphaël Lévy
    Quatrième draft
    View a sample hand of this deck
    Download a .dek file for use in Magic Online

    Que rajouter ? Le draft s'est exceptionnellement bien déroulé et corrélativement le jeu après construction semble véritablement performant. Raphaël n'a d'autre objectif que de réaliser un score parfait jusqu'au bout pour avoir une petite chance d'atteindre le top 8. Sur ce draft, il a toutes les cartes en main, si l'on peut dire, pour réussir son défi.



     
  • Saturday, Feb 10: 5:56 pm - Ronde 12 : Paul Cheon vs. Raphaël Lévy
    by Laurent Cestaro

  • Paul Cheon

    Nous avons préalablement analysé le draft de Raphaël. Observons, cette fois-ci, la mise en application. Le français dispute la finale de la table : rappelons que l'enjeu est de taille, rien de plus ni de moins que de garder le top 8 en point de mire. Son adversaire n'est autre que le champion national américain et il semble avoir construit un jeu noir/blanc rebelle très efficace. L'opposition entre les deux meilleurs jeux tout comme probablement les deux meilleurs joueurs de la table, se promet donc d'être captivante.

    Match 1 :

    Raphaël prend de suite les devants. En particulier, il joue un Nightshade Assassin pour s'occuper du Blightspeaker adverse. Le français poursuit en mettant en jeu une morph qui va surprendre l'américain. Ce dernier, obligé de bloquer pour ne pas prendre trop de retard, va perdre son Cloudchaser Kestrel à cause du Soul Collector révélé. Le temps pour Paul de neutraliser le vampire, il se retrouve à 9 points de vie tandis que Raphaël continue à poser des créatures dans l'optique de rester agressif. L'américain est définitivement débordé et ramasse ses cartes.

    Raphaël mène 1-0

    Match 2 :

    Pas de mulligan. Paul enchaîne deux Blightspeaker. Raphaël joue une morph, l'on devine le Soul Collector mais le français n'a pas les trois marais nécessaires pour retourner le vampire face visible. L'américain active son Blightspeaker pour mettre en jeu un Amrou Seeker et bientôt un second. Raphaël riposte avec l'arrivée du Magus of the Coffer. Paul n'interpose aucune de ses créatures pour bloquer dévoilant son intention de faire la course. La partie tourne clairement en sa faveur lorsqu'il recrute un Riftmarked Knight qui annihile les attaques du français. Sans solution défensive face aux rebelles à capacité d'évasion, Raphaël concède le gain de la deuxième manche.

    Paul égalise à 1-1

    Match 3 :

    Raphaël rajoute 1 Minstab de sa réserve et enlève le Skulking Knight bien inutile pour ce match-up. Il décide de commencer et conserve sa main. Il consacre ses deux premiers tours à suspendre deux Mindtsab. Paul est donc forcé à miser sur un développement rapide mais il s'en accommode. Coup sur coup, il met en jeu Errant Doomsayers, le Riftmarked Knight en suspens puis un Witch Hunter. Raphaël semble piocher trop de terrains et reste sans réponse. Lorsqu'il tente d'interposer son Drudge Reavers, Paul réplique par une Temporal isolation. L'américain défausse toute sa main à cause des deux Mindstab mais le chevalier entre en jeu lui donnant un atout offensif supplémentaire. Raphaël est désarmé par son manque de créature et le Witch Hunter fait faire du yo-yo aux potentiels bloqueurs du français. Même avec un Rift Bolt pour éliminer le terrible chevalier, Raphaël ne fait plus illusion et succombe aux assauts répétés des créatures adverses.

    Paul Cheon bat Raphaël Lévy 2-1



     
  • Saturday, Feb 10: 10:22 pm - Ronde 14 - Guilhem Blanc vs Wily Edel
    by Laurent Cestaro

  • Willy Edel

    Dans la discrétion et l'anonymat le plus complet, le parisien Guilhem Blanc s'est frayé un chemin jusqu'à la table de draft numéro 1 et même, un temps, à la quatrième place du classement provisoire. Etre entouré de véritables stars du jeu pour le dernier et décisif exercice de la journée peut galvaniser tout comme impressionner. Il est donc très instructif de suivre le comportement du joueur qui sera, quoiqu'il advienne, la révélation française du tournoi. Comme Guilhem s'est incliné lors de la ronde 11, son droit à l'erreur est désormais nul s'il veut gagner un siège à la table du " Super Sunday ". Mais face à lui se dresse une muraille : le brésilien Willy Edel qui reste sur 3 récents top 8 de PT. Engagement :

    Match 1 :

    Willy Edel remporte le tirage au sort et préfère débuter. Logiquement, il entre le premier en action en invoquant un Cloudchaser Kestrel. De son côté, Guilhem compte sur un Call of the Herd pour pendre l'avantage. Pourtant, le brésilien trouve plus imposant qu'un jeton éléphant avec un Calciderm. Le français tergiverse mais décide de lancer tout de même l'éléphant vers l'avant. Sans sourciller, Willy bloque avec son Calciderm. Guilhem joue alors Thrill of the Hunt et le flashback dans l'espoir de tuer le monstre blanc mais brésilien avait prévu ce type de situation. Aussi, il retire une carte de sa main et joue un Snapback sur l'éléphant. C'est déjà le mouvement clé de la partie car ensuite Willy enchaîne en posant un Castle Raptors et Guilhem se trouve dans l'incapacité de se défendre convenablement à la fois contre les créatures volantes et le Calciderm.

    Wily Edel mène 1-0

    Match 2 :

    Un match décisif

    La partie démarre doucement et c'est encore le brésilien qui prend l'initiative en mettant en suspension un Ivory Giant, puis, en jeu un Zealot il-Vec. Pour Guilhem, c'est tout d'abord un Aven Riftwatcher qui arrive sur l'aire de jeu, bientôt suivi par un Nantuko Shaman et un second Aven. Pour contrarier les offensives aériennes du français, Willy invoque le redoutable Castle Raptors mais, cette fois-ci, Guilhem trouve une réplique adaptée en enchantant la créature adverse avec un Utopia Vow. Lorsque les éphémères Aven s'éteignent, le français envoie un Cloudchaser Kestrel afin de conserver sa domination sur le ciel. Il ajoute également Mangara of Corondor qu'il sauve du Zealot grâce à Thrill of the Hunt. Guilhem essaye ensuite de troquer son Mangara pour l'Ivory Giant mais Willy répond en jouant un Dust Elemental. Ce qui apparaît comme un choix surprenant trouve rapidement son explication. Le brésilien pense, mal à propos, que le Mangara doit tout de même être sacrifié. Devant la surprise, l'incompréhension et le désaccord de son adversaire, il réclame un arbitre qui lui explique de façon aussi laconique que précise que le sacrifice du Mangara n'est pas un coût mais juste un effet. C'est une curiosité notable de voir un joueur si réputé ne pas connaître un point de règle aussi basique. En l'occurrence ce défaut de connaissance se montre handicapant car le français ensuite, ne se prive pas de détruire l'élémentaire avec Mangara. Il ne lui reste plus qu'à conclure, charge confiée à un Pouncing Wurm et un Kavu Predator. Guilhem gagne ainsi le droit de disputer une manche décisive.

    Guilhem Blanc égalise à 1-1

    Match 3 :

    Guilhem Blanc

    Un Kavu Predator permet à Guilhem d'agir cette fois le premier. Si Willy semble décidément adorer poser son Zealot il-Vec au troisième tour, le français enchaîne les créatures avec un Call of the Herd qu'il flashback le tour suivant. Willy utilise un Piracy Charm combiné à l'effet du Zealot pour éliminer le Kavu. Inversement à la dernière partie, c'est le brésilien qui décide de passer par le ciel en y envoyant Aven Riftwatcher et Cloudchaser Kestrel. Guilhem ajoute un Pouncing Wurm en jeu et continue à marteler la terre avec ses créatures 3/3. On peut même imaginer une terrifiante secousse sismique, conséquence de la convocation d'une Spectral Force ! Willy prend pourtant le pari de faire la course, ses sbires aériens étant pour le moment insaisissables pour la défense française. La clé de voûte de sa stratégie est l'entrée en jeu du Stormfront Riders qui, non seulement fait peser une menace offensive supplémentaire mais permet aussi au brésilien de regagner 4 précieux points de vie en faisant remonter son Riftwatcher Aven. C'est bien loin de constituer son unique argument puisque l'attaque massive de Guilhem va être arrêtée par un Dawn Charm. On imagine ce tour de gagner comme quasi-décisif, pourtant le parisien ne désarme pas et neutralise aussitôt le Stormfront Riders par le biais d'un Utopia Vow. Les raids croisés se poursuivent. Si la Spectral Force reste engagée, les éléphants et la guivre poursuivent l'attaque : Willy chute à 10 points de vie. A son tour, les volantes reprennent l'assaut pour la victoire mais cette si convoitée perspective se trouve contrariée par un Hail Storm ! Le français survit donc à l'attaque en conservant 1 point de vie ! Il gagne donc l'opportunité de dégager sa Spectral Force pour à son tour porter l'estocade. Vaine espérance car le brésilien se fend d'un Snapback afin d'éloigner la Spectral Force du terrain de combat ! Willy peut enfin souffler, il a sauvé trois points de vie et peut achever son vaillant adversaire. Le français s'incline donc après un match palpitant laissant son vainqueur jouer une dernière ronde pour l'accès au top 8.

    Willy Edel remporte le match 2-1



     
  • Saturday, Feb 10: 11:58 pm - Qui perd gagne !
    by Laurent Cestaro

  • Lors d'un reportage sur une compétition, on a tendance à se prendre au jeu et à se focaliser du coup uniquement sur les gagnants. La glorification est certes à la fois plus facile et plus attirante. Pourtant, nous avons au moins autant de motifs de nous intéresser aux malheureux déçus. Après tout, c'est en apprenant de la défaite que l'on forge ses futurs succès. Pour aborder ce thème d'une manière plus spécifique à notre jeu favori, il convient de disposer de certaines bases. Oublions d'emblée la sempiternelle complainte du manque de chance et voyons quelles explications pertinentes peuvent expliquer l'échec.

    Clovis Tauber a beaucoup appris de son premier PT

    Plusieurs théoriciens du jeu réputés nous ont expliqué que " sur la longue durée, notre pourcentage de victoires correspond à la somme des erreurs de vos adversaires rapportés à celles que nous commettons. Ce principe gouverne tous les jeux combinant chance, stratégie et tactique. " Et Magic est, sans conteste, l'un des plus riche d'entre tous. C'est donc l'élément technique que nous retenons tout d'abord. A Genève, la différence se fait en premier lieu sur la maîtrise du booster draft.

    Pour son premier Pro-Tour, Clovis Tauber témoigne : " Je pense avoir tout simplement mal drafté (…) Je me suis fait piégé à la fois par mes adversaires mais surtout par mes principes. J'avais l'intime conviction qu'il fallait à tout prix éviter le blanc, une déduction renforcée par l'avis concordant de Raphaël Lévy sur le sujet. Avec le recul, il m'apparaît évident que j'aurai dû me montrer plus ouvert. Même si ma vision stratégique était probablement bonne, j'aurai dû profiter des opportunités. " Le toulousain a néanmoins déjà une idée sur qu'il lui faut accomplir afin de mieux figurer les prochaines fois. Il explique : " Par défaut d'expérience, je n'ai clairement pas su m'adapter. Pour réussir à ce niveau, il faut pratiquer plus souvent et bien sûr ne pas se contenter de FNMs et de drafts sur MagicOnline. Se réunir entre bons joueurs pour progresser ensemble me semble maintenant comme un impératif pour prétendre à de meilleurs résultats " Tous les sportifs et compétiteurs les plus doués vous répéteront que rien de bon n'est possible sans entraînement. Le travail est bien une vertu !

    Mais tous les secrets de réussite ne résident pas uniquement dans l'excellence de l'approche technique.

    Selon Kevin Desprez, connu comme l'un des meilleurs arbitres français mais aussi comme un joueur intelligent et performant habitué à se qualifier pour les Pro-Tours en limité, sa prestation décevante s'explique ainsi : " Je me suis retrouvé contraint de drafter un archétype que je n'aimais pas. Qui plus est, j'ai fait quelques mauvais choix de draft que j'ai payé cash dès ma première ronde pourtant très serrée. Ensuite c'est l'escalade, la perte de confiance dans mon deck m'amène aussi à perdre confiance en moi et peu à peu à me trouver dans une condition psychologique plus propice au missplay. " Nous parlons bien du mental ! Pour être moins rationnel et donc plus délicat à appréhender, cet aspect est tout aussi crucial que la qualité technique. Etre un bon joueur ne suffit pas lorsque vous cédez régulièrement sous la pression. Comment se forger un mental d'acier ? Difficile, les spécialistes de la question ont des opinions très divergentes ce qui nous amène à croire que chacun doit faire son propre travail à ce sujet. En fouillant plus loin, l'on peut mettre en avant l'envie comme une constante rémanente. Raphaël Lévy qualifie souvent l'envie de gagner comme l'une des qualités essentielles. La sagesse dicte de ne jamais participer à un tournoi qui ne vous motive que modérément. Si toutes ces pistes éparses ne vous aident toujours pas, il reste encore la solution de l'observation. Brian David Marshall ne tarie pas d'éloges à propos de Quentin Martin, " actuellement le meilleur joueur au monde sur le plan psychologique ". Vous savez dorénavant qui aller voir en feature match la prochaine fois.

    Pour la plupart des joueurs, nous n'avons fait qu'évoquer des secrets de polichinelle mais justement en confirmant ce que tout le monde prétend savoir nous ne faisons que soulever l'imperfection des qualités de tout un chacun à ce sujet. Nous le savons tous également : la compétition exige une constante remise en question et pourtant ce n'est pas facile à faire !



     
  • Saturday, Feb 10: 11:59 pm - Photos
    by Laurent Cestaro & Craig Gibson

  • David Vogin Head Judge du tournoi


    Craig Gibson génie de la photo


    • Planeswalker Points
    • Facebook Twitter
    • Gatherer: The Magic Card Database
    • Forums: Connect with the Magic Community
    • Magic Locator